Quand la perte de poids n’est pas toujours associée au nombre de calories…

Jul 20, 2017 par

Bonnes ou mauvaises, bon nombre d’habitudes sont prises durant nos journées, longues et épuisantes et, affectent, sans se rendre compte, notre santé personnelle. Dans ces habitudes, la prise des repas à des moments précis de la journée aurait des répercussions importantes, à la fois sur le rythme circadien (cycle biologique d’une durée de 24 heures) de l’individu mais aussi sur l’évolution de son poids. Le nombre de calories assimilées par jour ne serait plus autant mis en cause dans les kilos en trop selon une très récente étude…

Prise de poids et cycle de la journée

L’horloge biologique de nouveau discutée

On entend trop souvent dire que perdre du poids ne serait qu’une question de calories. Or, une récente étude menée dans une université texane change la donne et vient de soulever un autre facteur, bien plus conséquent : manger à des mauvais moments de la journée ferait prendre plus de poids que la quantité de calories ingérées !

Pour aboutir à cette conclusion, des chercheurs américains ont collaboré avec des chercheurs portugais pour développer un équipement performant et automatisé permettant de délivrer, de façon très précise, la nourriture à 5 groupes de souris.

Dans un premier temps, le développement de ce nouveau système de nourriture par les scientifiques avait pour but de comprendre en quoi les régimes restrictifs alimentaires influençaient le degré de longévité des individus.

Ainsi, en partant de l’hypothèse que les heures de repas affectent un des rythmes circadiens du sujet, cela expliquerait entre autres en quoi les habitudes alimentaires impactent directement l’espérance de vie.

A savoir ! Les rythmes circadiens sont des cycles biochimiques, physiologiques et comportementaux qui oscillent selon une périodicité d’environ 24 heures. Ils sont coordonnés par un oscillateur moléculaire (horloge biologique) situé dans les neurones du noyau suprachiasmatique (situé dans la partie antérieure de l’hypothalamus au niveau cérébral). Cette horloge demeure synchronisée avec l’alternance du jour et de la nuit via certaines cellules rétiniennes.

Pour tester cette idée, les chercheurs ont donc décidé d’étudier les cycles jour/nuit des souris qui sont nourries à différents moments de la journée.

Des résultats qui renversent les croyances sur la prise de poids

Parmi les 5 groupes de souris, un des groupes a montré une réduction d’environ 30% de calories lorsque les souris étaient nourries à des moments réguliers de leur cycle normal et ce, surtout en journée !

Dans le cas inverse, ceux qui ont eu accès à la nourriture de façon illimitée durant la journée, sont restés éveillés la nuit et ont continué de consommer tardivement. Ceci indique alors une possible déprivation du sommeil chronique et donc une désynchronisation des rythmes circadiens.

Cette découverte est alors une première lorsque l’on voit le nombre d’études qui se penchent surtout sur la nature des aliments ingérés, associés au nombre de calories distribuées.

Ainsi, la mise en place d’un régime serait seulement efficace si les calories sont ingérées durant les périodes actives du cycle normal des individus. La décision de s’adonner à ce même type de régime mais de consommer cette même quantité de calories durant la nuit ne permettrait en aucun cas de perdre du poids. Bien au contraire, l’effet serait même pire…

Lucie B., Biologiste spécialisée en E-santé

– Eating at ‘wrong time’ affects body weight, circadian rhythms. ScienceDaily. Le 18 Juillet 2017.
– Mice under Caloric Restriction Self-Impose a Temporal Restriction of Food Intake as Revealed by an Automated Feeder System. CellMetabolism. Le 5 Juillet 2017.
Lucie B.

Biologiste spécialisée en E-santé

Passionnée par l’univers des Neurosciences.

Possède un goût prononcé pour l’architecture d’intérieur et les nouvelles technologies.

Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.


Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.